Aglio e olio, c’est le genre de restaurant devant lequel on passe des milliers de fois en se disant qu’un jour, il faudra y aller avant qu’il ne ferme pour telle ou telle raison . Et puis, un soir de semaine, suite à une envie de cuisine réconfortante et sans chichi, on en a enfin franchi la porte. Et on se réjouit déjà d’y retourner.

Aglio e olio, pasta e vino

Le restaurant Aglio e Olio est un mélange d’enoteca (une œnothèque, autrement dit un bar à vin où il est possible de déguster et acheter des bouteilles) et de trattoria, la brasserie typique italienne. On y retrouve essentiellement des pâtes, ainsi que quelques grands classiques.

À peine franchi la porte, on a l’impression de se retrouver en Italie. Ici, pas de menu, mais deux ardoises, une avec la carte du moment et l’autre avec les vins qui vont bien avec. Pour cette première visite, nous optons tout d’abord pour un antipasti, la parmigiana (13€), que nous partageons. Les premières impressions sont bonnes: ça regorge de saveur et de générosité, à un point tel qu’on se demande si prendre cet antipasti n’était pas un peu impudent de notre part …

Suivent les papardelle au faisan déglacée au barolo (22€) ainsi que les tagliatelle à la truffe et aux cèpes (30€), servies dans leur caquelon tout chaud. Quel bouquet, quel arôme ! Certes, ça semble cher pour des pâtes, mais la quantité monstrueuse de truffe qui est présente dans l’assiette embaume tellement le restaurant que les autres tables nous demandent ce qu’on a commandé qui sent si bon … Les papardelle, quant à elles, ne sont pas en reste: le faisan a plein de goût, est cuit à la perfection, la sauce est parfaite et les pâtes sont gourmandes à souhait. Le tout est al dente à la perfection, et magnifiquement accompagné par un nebbiolo savamment carafé pour l’occasion. Quelle tuerie !

Le cadre, comme indiqué plus haut, est totalement typique, avec ses carreaux, ses meubles boisés et ses bouteilles de vin disposées en rangées au-dessus; que l’on aime ou pas, le dépaysement est garanti.

Au niveau du service, s’il aurait pu être un peu plus amical, chapeau bas pour l’efficacité: gérer un restaurant rempli de cette taille seul, ça relève de l’exploit !

Et enfin, soyons francs, la douloureuse peut l’être bien moins si on se contente de plats plus simples que ceux que nous avons choisis, absolument pas représentatifs du reste de la carte (en moyenne 18€ par plat de pâtes) . La qualité des produits, les quantités généreuses et la puissance gustative dans l’assiette justifient le prix, mais il faut garder à l’esprit que ça reste un poil cher.

Bref, si vous cherchez les véritables pasta comme là-bas, c’est chez Aglio e Olio que ça se passe. Assurément les plus franches et les meilleures que nous ayons pu manger à Bruxelles jusqu’à présent, sans hésiter !

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here