Le prochain épisode des aventures au Japon se déroule à Kyoto, ville réputée pour abriter de (très) nombreux temples et sanctuaires. À elle seule, elle regroupe pas moins de 20% des trésors nationaux du pays, et 17 sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO (world heritage sites) ! Difficile de ne pas tomber sous le charme de l’ancienne capitale du territoire. Visite guidée.

 

Kyoto (Kyōto-shi)

900px-Map_of_Japan_with_highlight_on_26_Kyoto_prefecture.svg
préfecture de Kyoto

 

Anciennement capitale du Japon pendant plus de 1000 ans (the thousand year capital), la ville est aujourd’hui la capitale de la préfecture éponyme, située dans la région du Kansai. Sa population avoisine 1.5 million d’habitants, la propulsant au numéro 9 des villes les plus peuplées du pays. Elle a su préserver son héritage, notamment grâce à sa miraculeuse éviction de la liste des candidats potentiels à recevoir la bombe atomique pendant la 2ème guerre mondiale. En plus de sa formidable collection de sites historiques, la ville est célèbre pour être à l’origine du protocole de Kyoto, visant la réduction drastique des gaz à effet de serre tuant notre planète à petit feu.

Chaque année, au moment de l’hanami (ou cherry blossom, la fête des cerisiers en fleurs), la ville est prise d’assaut par des dizaines de milliers de touristes, pour la plupart japonais, au point que nous avons failli nous retrouver à dormir à la belle étoile en raison de la saturation totale des hôtels ! (ami lecteur, si tu décides de visiter le Japon en mars / avril, tu dois impérativement réserver les logements de Kyoto sous peine d’avoir la même blague que nous !).

Et pour cause; une fois sur place, on réalise à quel point c’est magnifique, magique, enchanteur … on comprend rapidement l’engouement touristique. Avec pas moins de 2000 temples, Kyoto a de quoi déboussoler les explorateurs les plus aguerris. On y retrouve 17 sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, sélectionnés pour représenter une période précise de l’histoire de la ville, dont voici la liste:

    • Le sanctuaire Shinto Kamowakeikazuchi (678), un des plus anciens temples japonais
    • Le sanctuaire Shinto Kamomioya (6ème siècle, date inconnue)
    • Le temple bouddhiste de la secte Shingon Kyoogokoku-j (789)
    • Le temple bouddhiste indépendant Kiyomizu-dera (778)
    • Le temple bouddhiste de la secte Tendai Enryaku-ji (788)
    • Le temple bouddhiste de la secte Shingon Daigo-ji (874), signifiant littéralement crème de la crème
    • Le temple bouddhiste de la secte Shingon Ninna-ji (888)
    • Le temple bouddhiste Byodo-in (1052)
    • Le sanctuaire Shinto Ujigami (+- 1060)
    • Le temple Kozan-ji (774)
    • Le temple bouddhiste zen Saiho-ji (729)
  • Le temple bouddhiste zen Tenryu-ji (1345)
  • Le temple Kinkaku-ji (1397), plus connu sous le nom du temple of golden pavillon (le temple du pavillon d’or)
  • Le temple Ginkaku-ji (1490), plus connu sous le nom du temple of silver pavillon (le temple du pavillon d’argent)
  • Le temple Ryoan-ji (1450), plus connu sous le nom du temple of the dragon at peace (le temple du dragon paisible)
  • Le temple Nishi Hongan-ji (1591),
  • Le château Nijo (1679)

 

Tout comme dans l’article sur Nara, je vais faire de mon mieux pour vous décrire ces lieux visités il y a deux ans; merci de votre indulgence pour les détails … 🙂

 

Les temples de Kyoto

133-DSC01541
Kamigamo, le temple du dieu du tonnerre

 

Avec pas moins de 2000 temples, autant vous dire qu’il est pratiquement impossible de vous dresser la liste deux ans après. Mais la magie de Kyoto, c’est également ça: se perdre au gré de ses rues, et s’émerveiller à chaque instant devant la beauté des temples illuminés par les cerisiers en fleurs … Voici ceux qui m’ont le plus marqué, que vous vous devez d’inclure dans votre parcours.

Kinkakuji

Le Kinkakuji (le temple du pavillon d’or) est indéniablement l’un des plus beaux temples de Kyoto. Bordé par l’un des plus beaux jardins zen que j’ai eu l’occasion de voir, le temple en lui-même, recouvert de feuilles d’or, est somptueux. Un site immanquable.

Ginkaku-ji

Le cousin du pavillon d’or, le Ginkaku-ji (le temple du pavillon d’argent), semble moins impressionnant au premier abord, mais vaut véritablement le détour. Si le pavillon d’argent est moins impressionnant que celui d’or, j’ai été totalement séduit par son jardin zen, d’une finesse et d’une limpidité incroyable … pour ne rien gâcher, le site est bordé d’une forêt de bambous, qui mène à une vue imprenable sur la ville.

Le Sanjūsangen-dō

Plus austère de l’extérieur, le temple Sanjusangen-do est souvent boudé des visiteurs car il est strictement interdit de prendre la moindre photo de l’intérieur. Pourtant, il mérite vraiment le détour: avec ses 1001 statues de Kannon, la déesse bouddhique de la compassion, le temple est incontestablement l’une des plus belles expériences spirituelles qu’il m’ait été donné de vivre pendant ce périple japonais.

Kami-gamo / Shimi-gamo

Malgré leur classification au patrimoine mondial de l’UNESCO, ces temples font partie des moins visités de Kyoto, ce qui est à mon sens dommage, car j’ai adoré parcourir les kilomètres de rangées de pavillons surplombant la ville. C’est le point de départ idéal pour commencer le circuit des temples de Kyoto; il suffit de descendre continuellement dans les petites rues pour en prendre plein la vue à chaque instant …

 

 

La ville où le vélo est roi

156b-1011597 10152108563308370 1613090330 N
le sourire aux lèvres, après une superbe journée temples et vélo …

 

Outre les temples, ce qui m’a particulièrement plu à Kyoto, c’est que tout est pensé/aménagé pour les cyclistes dans la ville, ce qui en fait le moyen de déplacement de prédilection pour parcourir les – parfois – longues distances entre la multitude de sites. Pas besoin d’être un cycliste chevronné pour en profiter, les dénivelés sont quasiment inexistants ! Par conséquent, je vous conseille vivement de tenter l’expérience, d’autant plus que les conducteurs japonais sont fidèles à eux-mêmes: respectueux, prudents et attentifs, vous ne risquez pas grand-chose en prenant la route. Un véritable contraste avec les autres pays d’Asie …

 

Nishiki Market, le temple de la gastronomie japonaise

113-DSC01489
le côté kitsch japonais dans toute sa splendeur … j’adhère et j’adore !

 

Kyoto, c’est également un nombre impressionnant de restaurants et izakayas (l’équivalent des brasseries) regroupés à Nishiki Market, un ensemble de 5 blocs de rues étroites également appelé Kyoto’s pantry (le ventre de Kyoto) . Comme un peu partout au Japon, on y trouve essentiellement du poisson et des fruits de mer, même s’il est possible de trouver quelques restaurants spécialisés dans la viande. Impossible de ne pas tomber sous le charme de ces petites rues étroites comme des boyaux, où fourmillent des milliers de japonais en quête de saveurs locales …

 

 

 

Bref, vous l’aurez compris, Kyoto a été pour moi une expérience magnifique, tout particulièrement au moment de l’hanami où les temples sont sublimés par les cerisiers en fleurs et les japonaises en yukata venues révérer la beauté de la nature … Si vous ne devez choisir qu’une seule ville au Japon, alors c’est à Kyoto qu’il faut vous rendre !

 

 

 

 

(sources: https://en.wikipedia.org/wiki/Kyoto, http://www.japan-guide.com/e/e2158.html, http://www.kanpai.fr/kyoto/)

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here