Nos aventures se poursuivent en Argentine, plus précisément dans le nord-ouest argentin, avec un programme dédié aux régions de Salta et JuJuy: visite de Salta, de la quebrada de Humahuaca, de Cachi et la vallée calchaquie et enfin, Cafayate. ¿Continuamos?

Le nord-ouest argentin

norte

Le nord-ouest argentin est composé de six provinces: Catamarca, Jujuy, La Rioja, Salta, Santiago del Estero and Tucumán. Tout comme le nord-est du Chili, on y retrouve l’altiplano (ici également appelé puna) et la cordillère des Andes, mais également les canyons rouges, les jungles tropicales (yungas), les sierras humides et les vallées fertiles. C’est une région à micro-climats: la météo peut radicalement changer en une centaine de kilomètres. C’est du à la géographie particulière, liée aux montagnes et à l’altiplano. C’est une des régions touristiques les plus prisées du pays.

 

Comment relier Salta depuis San Pedro de Atacama

mapa1

Si, tout comme nous, vous désirez faire la jonction entre le Chili et l’Argentine, il existe plusieurs compagnies de bus à partir de San Pedro de Atacama permettant de le faire. Nous avons choisi la compagnie Pullman, car c’est la seule qui permet d’acheter des billets online (via recorrido, car sur le site de Pullman, il faut disposer d’un DNI, un numéro d’identification chilien ou argentin). Je vous conseille vivement d’acheter vos billets à l’avance; les bus partent un jour sur deux, et comme des champions de l’organisation, il n’y a pas d’alternance (les 4 compagnies de bus partent le même jour). Sur place, nous avons croisé des français qui étaient venus la veille pour acheter leur billet, et la guichetière a refusé de leur vendre les billets en leur demandant de repasser le lendemain (ils n’ont jamais compris pourquoi, et ils parlaient bien espagnol), pour leur dire le lendemain que le bus était complet … bref, internet est votre ami.

Le trajet coute environ 45 $US, et dure 12h. Il n’y a « que » 600 km, mais il faut compter un passage de frontière, et la route est particulièrement difficile, surtout une fois passé la frontière. Par contre, le trajet est vraiment sympa. Du côté du Chili, le bus passe par l’altiplano chilien / bolivien (on peut apercevoir les lagunes du sud-Lipez de Bolivie au loin), et une fois le poste-frontière franchi (dans notre cas, ça a mis 2h, car un des passagers posait problème, et la règle chez eux c’est: tout le monde part ou tout le monde reste), on traverse de magnifiques paysages tels que les salinas grandes (le désert de sel), la cuesta de Lipan, ou encore la quebrada de Pumamaraca (voir carte ci-dessus).

 

Salta

Salta est la capitale de la province éponyme, et est peuplée d’environ 620 000 habitants, ce qui en fait la deuxième ville la plus peuplée du nord-ouest argentin. Elle est réputée pour son architecture coloniale préservée, et attire de nombreux touristes venus, tout comme nous, explorer les provinces aux alentours.

Hostal Namaste

Après nos 12h de trajet, et après un premier contact avec l’organisation argentine pour récupérer nos sacs (quel bordel 🙂 et le gars ose encore demander un pourboire après ça … déjà qu’on arrive du Chili et qu’on a pas encore un seul pesos argentin, si en plus t’es aimable comme une porte de prison, t’étonnes pas que personne te donne rien hein mon gars !), nous traversons la ville en direction de notre auberge, l’Hostal Namaste.

Située à quelques minutes du centre, je vous recommande chaudement cette auberge: en plus de la localisation idéale, le patron est super sympathique, parle un espagnol plus proche du castillan que de la tambouille argentine, les chambres sont spacieuses, il y a un jardin et une cuisine, et les prix sont plus que raisonnables (25 $US la chambre double). Une très bonne adresse à Salta !

Visite de la ville

Nous n’avons pas spécialement été charmés par la ville. Certes, il y a quelques belles pièces d’architecture disséminées ci et là, mais dans l’ensemble, les quartiers sont soit surpeuplés et désagréables à visiter (style rue neuve un jour de soldes), soit complètement déserts et sales. Deux petits joyaux architecturaux valent le détour, la cathédrale de Salta et l’église de San Francisco, à voir absolument, surtout la nuit.

Empanadas Farito

Notre premier contact avec les empanadas locaux a eu lieu chez Empanadas Farito, réputés comme « meilleurs empanadas du monde »: quelle déception ! Dès l’arrivée, un gars pas très sympathique te demande ce que tu veux, tu demandes une carte et il te dit simplement carne o queso (viande ou fromage), il te jette plus ou moins sur une table et t’apporte de minuscules empanadas, aux saveurs trop timides, et un peu secs. Nous constaterons par la suite, après divers essais d’empanadas un peu partout, que c’est la façon de faire en Argentine, et que nous sommes définitivement des fans d’empanadas chiliens, bien plus savoureux et généreux … mention spéciale pour la bière, la salta, un cran au-dessus des pills en Amérique du Sud.

Restaurant del Hotel Almeria Don Salvador

Après notre premier essai décevant, nous décidons de rattraper le coup en prenant la direction du restaurant Almeria, classé numéro 1 de trip. Sur le coup, on baisse notre garde, et on se laisse tenter par les entrées, une salade de scampis et mangue pour Ingrid, une salade de poulet, pancetta et cacahouètes pour moi: nous n’aurions pas dû ! Les entrées sont plus grandes que la majorité des plats que nous avons mangés – partagés- ces derniers temps, et bien qu’elles étaient délicieuses, nous aurions pu nous en passer.

Après ces entrées gargantuesques, nous passons aux choses sérieuses: filet Don Salvador, accompagné de pancetta, parmesan, d’une purée de pommes de terre à la roquette et d’une sauce au porto et oignons, et le fameux bife de chorizo, accompagné d’une purée de courgettes et quinoa et de sauce chimichurri. Le verdict est sans appel: c’est délicieux ! Les viandes sont fondantes et juteuses, cuites à la perfection (saignantes), et la sauce est délicieuse. La réputation de la viande tient toutes ses promesses. Le vin qui l’accompagne, un malbec de la maison Lopez, accompagne le tout à la perfection. Un très bon restaurant à Salta.

 

Quebrada de Humahuaca

Notre première excursion nous amène au nord de Salta, dans la province de Jujuy. La quebrada de Humahuaca fait partie des world heritage sites de l’UNESCO depuis 2003, et est connue pour les différentes variations de couleurs de ses roches, en raison de l’érosion, de l’oxydation et du mélange des sédiments qui lui confère ses teintes si particulières.

Pumamarca

La première étape se fait dans le petit village de Pumamarca. C’est un très joli petit village, et on peut déjà avoir un aperçu des paysages qui nous attendent le long de la journée.

 

Humahuaca

Après avoir visité une fabrique de poterie sur la route, et avoir perdu 45 minutes en raison d’une manifestation des ouvriers sur la seule route qui traverse la région (c’est assez fréquent, apparemment, et il n’est pas rare de devoir attendre des heures avant qu’ils débloquent la route; dans notre cas, c’était l’heure du lunch, donc ils sont vites partis … qui a dit #fgtb ?), nous faisons étape à Humahuaca, petit village assez sympathique qui évoque déjà (ou encore) le Pérou, avec ses rues dallées de pierre et ses petites maisons d’adobe.

Pour l’occasion, on décide de boycotter l’endroit où les touristes sont amenés pour le lunch, et dégotons un petit restaurant qui n’est pas sans nous rappeler le Divina Rosa de Cusco, avec ses belles petites nappes colorées et son menu du jour à prix dérisoire. Au menu, empanadas en entrée, et ragoût de lama en plat. Sympathique, sans plus.

 

Pucara de Tilcara

Le dernier arrêt s’effectue à la pucara de Tilcara, une forteresse pré-Inca située aux milieux des cactus et des lamas. L’endroit permet d’admirer la vallée et ses couleurs, mais je dois avouer qu’on a pas été très impressionnés. Reste à savoir si c’est parce qu’on commence à être blasés, parce qu’on était un tantinet malades, ou parce que le site n’est pas spécialement intéressant … Bref, une première journée assez décevante.

 

Cachi et les vallées calchaquies

Pour notre deuxième journée d’excursion, nous mettons cette fois-ci le cap vers le sud-ouest de la province de Salta et les vallées calchaquies, considérées comme un des sites les plus beaux et notables d’Argentine.

Cuesta del Obispo

Pour la première partie de la journée, nous visitons la cuesta del Obispo, qui n’a absolument rien à voir avec le chanteur l’artiste français. La région connecte la vallée de Lerma avec la vallée calchaquie. Le contraste avec la veille est énorme: tout est vert et fleuri, en raison du micro-climat dont profite la région. C’est très joli. On en profitera pour faire une pause casse-croute sur le chemin, avec des tortillas maisons à la parilla, simples et délicieuses.

 

National Park Los Cardones

La prochaine étape se fait dans le parc national Los Cardones, réputé pour abriter des guanacos (le seul de la famille des camélidés que nous n’avions pas encore vu; pour rappel, la famille est constituée des vigognes, lamas, alpagas et guanacos), ainsi que de vastes plaines de cactus. Les guanacos sont très sauvages, et il est rare d’en voir; nous aurons la chance d’en apercevoir un troupeau sur le chemin. Les étendues de cactus sont très impressionnantes.

 

Cachi

La dernière étape se fait à Cachi, charmant petit village colonial préservé, où il fait bon flâner. Pour le lunch, nous suivons cette fois-ci les conseils de notre guide, qui nous recommande le risotto de quinoa. Il n’a pas menti: simple et délicieux. Une deuxième journée très agréable, même si loin d’être spectaculaire.

 

Quebrada de Cafayate

Pour notre troisième et dernière journée d’excursion, nous mettons le cap sur Cafayate, réputée pour ses vins ainsi que pour sa quebrada colorée, la plus spectaculaire de la région.

Torrontes, le cépage de Cafayate

Avant le lunch, nous faisons étape à la bodega Quara, située au pied des montagnes. Après les explications sur leur processus de fabrication et la sélection de cépages dont dispose la région, à savoir le torrontes et le tannat, nous passons à la dégustation. Très belle surprise ! Le vin blanc, 100% torrontes, est parfait pour l’apéro, et le vin rouge, un 100% malbec, étonne par sa complexité. Les argentins présents dans le groupe y toucheront à peine, le trouvant limite imbuvable; bin ouais les gars, ça s’appelle du VIN !

 

Cafayate

La ville de Cafayate est de loin la plus agréable que nous ayons visité lors de ces trois journées. L’architecture coloniale est certes moins présente, mais la ville est très agréable, suffisamment animée sans pour autant être un nid de touristes. Pour le lunch, nous aurons l’occasion de gouter le matambre, le roulé de viande farci aux légumes et servi froid, ainsi qu’au fameux locro, le ragout de bœuf au maïs, courges et haricots blancs (les porrotos), spécialité des Andes argentines; un bon plat, que je ne manquerais pas de revisiter !

 

Quebrada de las Conchas

Après le lunch, nous repartons en direction de Salta, et visitons la quebrada, avec notamment les visites de l’anfiteatro, l’amphithéâtre, le gargantua del diablo, un trou béant creusé dans la roche en strates, et bien d’autres. La quebrada est superbe, et fait de cette dernière journée la meilleure des trois. Si vous n’avez qu’une journée par là, je vous recommande l’excursion à Cafayate, celle que nous avons préférée !

 

Voilà qui conclut nos aventures dans le nord-ouest argentin, région qui ne nous aura pas laissé un souvenir impérissable. Les excursions et sites à visiter sont tous assez redondants, et on est assez déçus globalement du rapport temps investi / site à visiter. La cuisine est bien en deçà de ce que nous avons gouté auparavant, moins variée, plus grasse, et bien plus douteuse (l’hygiène est bien pire qu’au Pérou et Chili, ce qui nous vaudra à tous les deux une – véritable, cette fois – tourista, malgré toutes nos précautions). Pour notre part, le nord-ouest argentin est une région relativement dispensable.

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here