Après une courte pause chez les hobbits, nous arrivons dans la petite ville de Rotorua, destination immanquable lors de l’exploration de l’île du nord. La ville et sa région sont réputées pour les phénomènes volcaniques impressionnants que l’on peut voir un peu partout, et tout particulièrement sur le site de Wai-o-tapu. Ça va chauffer !

Bay of Plenty

375px-Position_of_Bay_of_Plenty

Rotorua est située dans la région de Bay of Plenty (la Baie d’Abondance, avouez, ça sonne plutôt pas mal orgiaque comme nom), nommée ainsi par James Cook (l’explorateur anglais qui fut le premier à cartographier le pays) après avoir découvert l’abondance de nourriture présente dans les villages Maori de la région. Malgré le tourisme, l’horticulture et la sylviculture, la région est la 3ème plus pauvre du pays.

Rotorua, la ville où les narines souffrent

Dès notre arrivée dans la ville, nous sommes accueillis par les volcans: le souffre, ça pue l’œuf pourri ! Par chance, notre backpacker est situé un peu à l’écart, à l’abri des odeurs inconvenantes. Même constatation qu’à Auckland: il fait soit très froid, soit trop chaud. Lorsque le soleil est présent, il cogne dur (même phénomène qu’en Australie: couche d’ozone déficiente/manquante au-dessus de la quasi-intégralité de l’Océanie), et lorsqu’il disparaît, les vents polaires du sud vous rappellent que l’arctique n’est pas loin – ce qui vaudra à votre fidèle serviteur un rhume assez carabiné pendant plusieurs jours 🙂

Revenons-en à nos moutons. La ville est vraiment très sympathique, peu peuplée, et on y trouve des inscriptions maories un peu partout. En effet, ici, la population maorie est plus grande que partout ailleurs (35%): partout où l’on va, nous sommes accueillis par un chaleureux et viril « kia ora! », auquel vous devez répondre la même chose, et qui signifie « portez-vous bien / en bonne santé ».

Nous parcourons donc la ville à la recherche de gants et d’écharpes – il ne faudrait pas que le rhume s’aggrave – ainsi que quelques courses pour les futurs repas. Une fois notre mission accomplie, nous nous baladons aux alentours du lac, vraiment magnifique: calme, propre, immense, l’endroit est vraiment plein de charme. Nous remontons ensuite par le parc principal dans lequel on peut assister à divers phénomènes géothermiques et ce, gratuitement. Vous l’aurez compris, Rotorua, une ville qu’elle est bien pour s’y reposer !

 

Wai-o-tapu thermal wonderland

waiotaipu

Le lendemain, nous partons au petit matin en direction du site de Wai-o-tapu, LE lieu immanquable de la région. En effet, le site regorge de phénomènes volcaniques remarquables, tels que des geysers, des cratères fumants, des piscines de boue ou encore des lacs colorés par les différents composantes chimiques que l’on y retrouve (arsenic, antimoine, … vous mieux pas se baigner dedans).

Lady Knox Geyser

Après une brève visite au Mud Pool, nous nous arrêtons peu avant le parc pour aller voir l’éruption du geyser appelé Lady Knox. Le phénomène a lieu tous les jours à 10h15. Non mais attends, c’est quoi ton truc là? Une éruption minutée chaque jour? C’est chiqué, ton truc …

Vous avez entièrement raison: ça n’a pas l’air très naturel, et c’est donc sceptiques que l’on s’installe dans les gradins. Peu avant le « show », un ranger vient et nous explique tout ce qu’il faut savoir sur un geyser: contrairement à un volcan, la cheminée du geyser n’est pas remplie de lave mais d’eau. Lorsque la température de la nappe atteint une certaine température (environ 130°), elle se transforme en vapeur et fait jaillir l’eau – le geyser. Le phénomène a lieu de manière récurrente toutes les 24 à 72h, et pour que les visiteurs puissent y assister, les rangers ajoutent un détergent naturel pour provoquer la réaction.

Quelques minutes après l’ajout du détergent, le mini-volcan se met à fumer plus intensément, signe de la réaction des molécules dans la nappe aquifère. Petit à petit, de l’eau commence à jaillir, jusqu’à ce que l’on ressente un mini-tremblement accompagné de l’éruption du geyser. C’est amusant, surtout lorsque l’on s’est mis au premier rang et que l’on se fait surprendre:

Thermal Wonderland

Après notre petite douche, nous partons visiter le parc situé à 3min de là. Le lieu dispose de 25 points d’intérêt, et le circuit prend en moyenne 75 minutes pour être parcouru. Peut-être à cause de la saison, il n’y a pas grand-monde, ce qui rend la visite agréable.

Les premiers points de vue se ressemblent, et ne sont pas particulièrement photogéniques – après tout, ce sont des cratères, et il est intéressant de les voir en activité, pas en photo.

 

Malgré tout, quelques points se laissent plus apprivoiser, tels que the Artist’s Palette, le Champagne Pool, le Oyster Pool ou encore le Devil’s Bath, tout simplement magnifiques.

 

Malgré tout, nous restons un peu sur notre faim; il manque un je ne sais quoi au site pour le propulser au rang d’expérience ultime. L’activité géothermale est tout aussi intéressante à Rotorua, mais malgré tout, pour le prix de l’entrée (35 $NZ), ça reste un incontournable.

 

Rendez-vous dans le parc national du Tongariro dans le prochain article !

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here