Pour notre seconde étape en Sicile, nous mettons le cap sur les îles éoliennes situées au nord-est de la Sicile, où nous visiterons les 3 îles principales, à savoir Lipari, Vulcano et Salina. Au programme, visite, repos, trekking et le second restaurant étoilé du séjour, Il Capero. Siete pronti?

Les îles éoliennes, l’archipel volcanique

isole_eolie_map_ing
(source: https://fr.wikipedia.org/wiki/îles_éoliennes)

Les îles éoliennes constituent un archipel volcanique, autrement dit un archipel dont les îles ont été sculptées par les différentes éruptions et autres phénomènes volcaniques de la région. Il est constitué de 17 îles, dont 7 sont habitées (Lipari, Salina, Vulcano, Stromboli, Panarea, Filicudi et Alicudi), parmi lesquelles 2 abritent des volcans actifs, Vulcano et Stromboli, classés parmi les volcans les plus actifs de la planète.

Situées dans la mer tyrrhénienne au nord de la Sicile, les îles furent colonisées par les Grecs (580 BC) qui les dénommèrent Îles Éoliennes car ils considéraient qu’elles étaient la demeure du dieu des Vents, Eole. Elles font aujourd’hui partie de la Sicile, et ont été classés au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000, ce qui leur vaut aujourd’hui d’être une destination touristique prisée.

De part l’activité constante de ses deux volcans, les îles de Vulcano et Stromboli sont devenues le terrain d’étude privilégié des vulcanologues et géologues, faisant d’eux des volcans parmi les plus surveillés au monde avec l’Etna et le Vésuve.

 

Comment se rendre aux îles éoliennes?

Selon la saison et les besoins, plusieurs choix s’offrent aux voyageurs.

Lors de la haute saison touristique, il est possible de relier directement Lipari en hydroglisseur depuis Palermo (environ 2h de trajet) ou Napoli (environ 6h de trajet) via la compagnie Liberty Lines (www.libertylines.it). Si vous optez pour cette solution, vérifiez bien les dates, car la liaison ne s’effectue qu’entre juillet et septembre. Le cas échéant, il faudra impérativement se rendre jusqu’à Milazzo (2h30 de train depuis Palerme) pour prendre l’hydroglisseur (45 min de trajet).

Si vous désirez vous y rendre avec votre véhicule, alors il faudra impérativement prendre le ferry via la compagnie Siremar (www.siremar.it); le trajet dure entre 1h30 et 6h, selon l’île choisie. Attention cependant, toutes les îles ne sont pas joignables en ferry, et que les voitures et motos sont généralement interdites pour de longues périodes aux non-résidents; il vaut mieux se renseigner avant.

Et enfin, pour ceux qui ont les moyens, il est possible de rejoindre les îles en hélicoptère via la compagnie Air Panarea (www.airpanarea.com), mais pour les prix, il faudra vous renseigner vous-même !

 

 

L’île de Lipari

îles éoliennes: l'île de Lipari

Notre première escale a lieu à Lipari, la plus grande et la plus peuplée des îles éoliennes. C’est également l’île qui dispose le plus de ressources naturelles, avec ses carrières d’obsidienne, autrefois source de sa richesse, et ses carrières de pierre ponce qui constituent aujourd’hui sa principale source de revenus.

Outre les carrières de minerai, l’île dispose de plusieurs plages intéressantes, mais nous n’avons pas eu l’occasion de nous y rendre. Nous sommes uniquement restés aux alentours de la ville principale de l’île, qui porte le même nom. C’est une ville très agréable, on a toujours l’impression de se balader dans un petit village avec ses petites ruelles pavées et fleuries, ses nombreux restaurants et et sa multitude de boutiques artisanales.

Les principales attractions de la ville sont la cathédrale de Saint Bartolome et le château (ancienne acropole), situés sur le promontoire qui surplombe la ville et qui offre de très beaux panoramas sur Lipari. On y trouve également un musée archéologique disposant d’une des plus grandes collections du genre en Italie.

 

 

 

Où dormir à Lipari?

îles éoliennes: hotel borgo eolie

On trouve de tout et à tous les prix, il incombera donc à chacun de regarder en fonction du budget. Pour notre part, nous avons séjourné à l’hôtel Borgo Eolie, un charmant petit hôtel 3 étoiles composé de mini-maisons et qui dispose d’une piscine. Le personnel de l’hôtel est accueillant et parle français pour ceux que l’italien (ou l’anglais) rebute. Le petit déjeuner consiste en un buffet varié, copieux et carrément délicieux, avec notamment de véritables fromages et charcuteries siciliennes (ça change des traditionnels jambons blancs et gruyère que l’on trouve partout), ainsi que des fruits frais. Très bon rapport qualité-prix.

 

Où manger à Lipari?

Pour une petite ville, le moins que l’on puisse dire c’est que l’offre est conséquente ! Attention toutefois, Lipari regorge de restaurants attrape-touristes, il vaut mieux se renseigner avant. Nous en avons retenu deux.

Kasbah Restaurant & Pizza

îles éoliennes : kashbah restaurant & pizza
pizza burrata e porcini, un véritable régal avec ce corinto nero, un cépage éolien absolument délicieux …

 

Comme son nom l’indique, le restaurant est spécialisé dans les pizzas. Il dispose d’une superbe terrasse / jardin extérieur, d’une impressionnante carte des vins essentiellement locaux et d’une sélection assez étoffée de pizzas mais également de spécialités siciliennes. Très bonne adresse.

 

Filippino

îles éoliennes: filippino
tagliata de tonno, un régal de simplicité !

 

Un peu plus chic, le restaurant offre une variété de poissons et fruits de mer qui sort de l’ordinaire comparativement aux autres. Immense terrasse avec une très belle vue sur les alentours. Seul petit bémol, le service est un peu trop guindé, mais aux petits soins. Mention spéciale pour le risotto de calamars à l’encre de seiche, nous qui avons une grille de lecture du risotto bien différente des italiens qui le préfèrent trop al dente à notre goût, ici c’est parfaitement exécuté. Le prix un peu plus élevé est justifié.

 

L’île de Vulcano

îles éoliennes: l'île de Vulcano

Il s’agit d’une des deux îles éoliennes abritant un volcan actif. Dès la sortie du bateau, aucun doute n’est permis: une délicieuse odeur de soufre vient immédiatement chatouiller les narines, non sans rappeler notre visite de Rotorua en Nouvelle Zélande. Le nom est tiré du dieu du feu Vulcano qui, selon la mythologie, disposait de forges en dessous de l’île.

L’attraction principale est bien évidemment le volcan, qu’il est possible de grimper en effectuant la randonnée qui démarre au port de l’île (Porto Levante). L’itinéraire est très bien fléché. La randonnée est relativement facile  (environ 1h30 pour l’aller-retour, y compris le tour du cratère), mais il vaut mieux éviter de la faire au milieu de la journée, car l’intégralité de la montée se fait en plein soleil.

La randonnée offre de superbes panoramas sur les îles alentours, principalement sur Lipari, mais également Stromboli si le temps est dégagé. L’ascension d’environ 400m se fait sur un chemin dégagé qui ne comporte aucune difficulté (pas de vieilles marches sournoises qui tuent les jambes, seulement du gravat); évitez tout de même de monter en flip flop, ça peut glisser légèrement.

Une fois au sommet, la vue sur le cratère, surtout au-dessus de la crête, est impressionnante. Attention, comme indiqué en bas, il ne faut pas respirer les fumerolles, elles sont toxiques. L’idéal est de longer la crête en fonction de la direction des fumerolles, donc si le passage sulfureux de gauche dégage beaucoup de fumée, il vaut mieux faire le tour par la droite; c’est tentant de suivre la masse de crétins touristes qui prennent le chemin « facile », mais on ne rigole pas avec les gaz volcaniques, ils n’ont pas mis le panneau d’avertissement pour rien.

En plus de la randonnée, il est possible de prendre un bain de boue aux vertus bénéfiques pour le corps et de se baigner dans les eaux bien chaudes de la seule plage de sable des îles éoliennes, la sabbie nere, une plage de sable noir située à l’ouest de l’île.

 

 

Therasia Resort / Il Cappero

îles éoliennes : therasia resort & le restaurant Il Cappero

Voyage de noces oblige, nous avions décidé de nous faire plaisir au moins une nuit dans un hôtel 5 étoiles, et comme le Therasia Resort, en plus de son cadre idyllique, abrite un restaurant étoilé, le choix s’est fait tout naturellement.

L’hôtel, tout d’abord, est réellement incroyable. Le cadre, le personnel, le service, les chambres … tout était vraiment parfait. Nous avons eu la bonne surprise d’avoir notre chambre upgradée gratuitement, comme il s’agissait de notre lune de miel, et d’avoir une bouteille d’un succulent prosecco qui nous attendait au frais … vraiment top !

Le restaurant de l’hôtel, Il Cappero, n’a pas usurpé son étoile. En l’honneur de notre lune de miel, nous avons eu droit au menu 8 services, entièrement basé sur la cuisine et les ingrédients siciliens, et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’était réellement bluffant . La créativité des plats, combinée avec la beauté des assiettes – de véritables compositions artistiques – ainsi que les saveurs, une véritable explosion à chaque bouchée, nous ont vite fait comprendre pourquoi on était venu se perdre sur ce petit bout d’île paradisiaque … le cadre, sobre mais chaleureux face à la mer, le service, très décontracté tout en étant professionnel, et les bons conseils du sommelier, sont autant de cerises sur ce délicieux gâteau qu’est l’Il Cappero.

Un must en Sicile !

 

 

L’île de Salina

îles éoliennes: l'île de Salina

L’île de Salina est probablement l’île la moins visitée de l’archipel, malgré sa seconde place au niveau superficie et population. Elle tire son nom d’un petit lac dont on extrayait le sel autrefois. Il s’agit de l’île la plus fertile de l’archipel, qui lui permet la culture du raisin (le fameux vin de Malvoisie, un vin liquoreux) et des câpres.

Contrairement aux autres îles, il s’agit d’une île très verte, car les deux volcans qu’elle abrite sont éteints (ce qui explique sa fertilité). Ces deux anciens volcans, le mont Fossa delle Felci et le Monte dei Porri, sont les plus hauts de l’archipel (961m et 860m). Il est possible d’en faire l’ascension depuis Santa Marina ou Malfa.

Pour notre part, nous avons commencé la randonnée depuis Malfa. Contrairement à la randonnée de Vulcano, celle du Fossa delle Felci est de niveau avancé / moyennement difficile. Elle n’est pas bien longue (14km), mais l’ascension de 800m est assez difficile, car elle ne comporte QUE des marches complètement inégales et parfois raides (vous vous rappelez les marches sournoises que j’évoquais plus haut?) . Au total, ces 14km nous ont pris 5h (départ de Malfa, arrivée à Santa Marina); comparativement, les 8km de Vulcano nous ont pris 1h30 … vous voilà prévenus ! Si vous n’êtes pas un amoureux de la randonnée, autant passer votre chemin, car l’effort à fournir n’est pas vraiment à la hauteur du spectacle. Par contre, si comme nous, vous adorez la rando, n’hésitez pas 🙂

 

 

Où dormir à Salina?

L’île comprend 3 « villes » principales, à savoir Santa Marina (là où le bateau débarque), Malfa et Leni. Un bus passe environ toutes les heures pour relier les 3 (pour rappel, impossible de venir en véhicule sur cette île, donc c’est soit en bus, soit en taxi). Pour notre part, nous avons opté pour Malfa, que l’on peut relier avec le bus en 20 minutes (1.9€), où nous avions choisi un petit B&B tenu par deux soeurs, A’ Alera Room, qui s’est avéré excellent pour le prix (68€ la nuit, ce qui n’est pas cher sur l’île). Les sœurs sont très serviables et sympathiques, le petit déjeuner est très bon (avec entre autres des pâtisseries maison réalisées par l’une des deux sœurs), et les chambres avec vue sur la mer sont impeccables. Chaudement recommandé pour ceux qui veulent un peu de calme 🙂

 

Où manger à Salina?

îles éoliennes : u cucunciu

Là, ça devient plus compliqué. L’offre culinaire est très, très pauvre sur l’île, et il y a en tout et pour tout UN supermarché, avec de beaux horaires siciliens (entendre: il y a plus de chances qu’il soit fermé qu’ouvert). Malgré tout, on a dégoté une pizzeria qui servait les meilleurs pizzas que l’on ait pu manger de tout le séjour, U Cucunciu, qui sert de délicieuses pizzas composées d’ingrédients locaux à des prix raisonnables pour l’île. N’hésitez pas !

 

Conclusion

En résumé, nous avons eu un véritable coup de cœur pour les îles éoliennes. Certes, les prix sont un peu élevés par rapport au reste de la Sicile, mais elles valent véritablement le détour. Chaque île offre une expérience bien différente, on y trouve d’excellents vins locaux que l’on aura bien du mal à retrouver chez les meilleurs importateurs italiens (ou alors, à prix d’or), et les paysages sont tout simplement magnifiques. Un véritable petit coin de paradis, que je vous recommande chaudement !

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here