Pour le premier épisode de nos aventures siciliennes, nous partons à la découverte de Palerme, la capitale de la Sicile, où nous resterons seulement deux jours avant de mettre le cap sur les îles éoliennes. Au programme, visite de la ville et premier arrêt gastronomique au restaurant étoilé « Bye Bye Blues ». On y va?

 

Palermo, di rosso all’aquila romana d’oro

palermo

 

Palerme est la ville la plus importante de Sicile, avec plus de 850 000 habitants. C’est une ville de contrastes, avec d’un côté sa beauté architecturale au travers de ses 80 églises et 50 palais, et de l’autre son urbanisation anarchique, ses embouteillages et sa délinquance. Berceau de la mafia, elle tente aujourd’hui de se détacher de cette image, mais la tâche est loin d’être facile. Comme c’est bien souvent le cas pour les grandes métropoles, on dit de Palerme qu’on l’aime ou la déteste; pour notre part, nous avons un avis mitigé. Suivez le guide.

Visite de la ville

L’idéal est de se diriger vers le quartier Kalsa qui constitue un bon point central pour visiter la ville et de se balader de manière un peu aléatoire pour se faire surprendre à chaque coin de rue.

Marché du Capo & de la Vucciria

Pour commencer, nous avons opté pour la visite des marchés de la ville qui permettent de se balader dans les petites rues et ruelles de Palerme et de s’imprégner de l’ambiance agitée palermitaine, particulièrement dans les deux marchés principaux, celui du Capo et celui de la Vucciria. Que ce soit de la ricotta fraiche, des vongole ou la fameuse sfincione (la pizza palermitaine, où la pâte est levée deux fois), les amateurs de nourriture locale seront aux anges. Idéal pour s’imprégner des saveurs de la cuisine sicilienne.

 

 

 

Albergheria, Kalsa & le port

Il s’agit des quartiers les plus populaires de la ville, qui abritent entre autres la chapelle Palatine et une multitude d’églises toutes aussi belles les unes que les autres. Impossible de remettre le nom sur chaque tellement il y en a ! Malgré le monde présent, la visite est très agréable. Par contre, en haute saison, ça doit pas être une sinécure de se faufiler ou de prendre des photos …

 

 

Capo & Logia

En plus d’héberger les deux marchés mentionnés ci-dessus, on trouve également la cathédrale, les catacombes et le théâtre Massimo. Pour ma part, c’est LA partie immanquable de la ville, essentiellement à cause de la présence des marchés palermitains.

 

 

Où dormir à Palerme?

Kemonia B&B

DSC06165
vue de balcon depuis la chambre

 

Pour notre court séjour à Palerme, nous avons opté pour un bed & breakfast, souvent idéal pour s’imprégner de la culture locale des grandes villes. Le B&B est idéalement situé dans le quartier du Capo, à quelques pas du marché du même nom, et les chambres disposent d’un balcon, un luxe non négligeable dans une métropole. De plus, notre hôte, Riccardo, est vraiment très sympathique, serviable et de bon conseil; une excellente adresse pour un séjour court. Le seul petit bémol concerne le petit déjeuner, décrit comme excellent par les voyageurs sur tripadvisor mais qui manque un peu de diversité ou d’originalité; mais pour 38 euros la nuit, difficile de faire mieux !

 

Les bons plans bouffe

Ce n’est pas l’offre qui manque à Palerme, et donc l’idéal est de demander conseil aux locaux, qui sont bien plus au fait des ouvertures / fermetures régulières des établissements de la ville. A noter que, comme partout en Sicile, les commerces font souvent selon leur envie du moment, et il n’est pas rare qu’un restaurant censé être ouvert tel ou tel jour se retrouve fermé « parce que c’est comme ça » … Prudence avec la planification, donc: prévoir un backup ou utiliser tripadvisor + GPS peut se révéler être fort utile dans ce genre de cas.

 

Al vecchietti di minchiapitito

Sur conseil de Riccardo, nous nous sommes rendus à cette trattoria située non loin de la Piazza Castelnuovo et qui sert une cuisine typiquement sicilienne. Avant tout, il faut remettre le contexte en place: il était passé 21h un samedi soir, et nous n’avions pas de réservation (la trattoria n’en prenait de toute manière aucune). Par conséquent, une fois arrivés, aucune place n’était disponible (comme à aucune des autres adresses rencontrées en chemin). Après le voyage, nous n’avions pas vraiment la patience de chercher ailleurs, et donc nous avons attendu qu’une place se libère … ce qui a pris une demi-heure au final. Alors, évidemment, chez nous ça ne pose pas vraiment de problème car on peut toujours patienter en prenant l’apéro, mais cette notion n’existe pas ici, et il faut attendre debout les mains vides – l’horreur pour des belges … mais il faut leur rendre justice: ils n’ont pas hésité à déplacer tables et chaises de l’intérieur pour nous installer tranquillement dehors comme nous le souhaitions – avec le monde qu’il y avait et le maigre nombre de serveurs disponibles, chapeau.

Une fois installés, nous avons opté pour une assiette d’antipastis, des roulades de sardines au fenouil, pignons et raisins sauce à l’orange, et deux plats de pâtes, des fettucine aux crevettes et fleurs de courge et des pâtes à l’encre de seiche et vongole (coquillages), le tout accompagné d’un verre de grillo, un cépage blanc typiquement sicilien. Si les antipastis et le vin étaient tout simplement excellents, ce n’était pas le cas des pâtes, bien trop al dente et surtout, surtout, qui ne correspondait pas à la description (pas d’encre de seiche pour madame, pas de fleurs de courgettes pour moi et tagliatelle pour tout le monde), bref, on sent qu’ils étaient complètement débordés. Dommage, car je pense qu’à une heure moins fréquentée, ça doit effectivement être une bonne adresse.

 

Bye bye blues *

bye-bye-blues

 

Ami lecteur, si tu aimes la cuisine gastronomique, alors le Bye Bye Blues est fait pour toi: situé à l’écart du centre dans le quartier de Mondello (joignable en bus avec la ligne 308), le restaurant étoilé offre un menu dégustation entièrement basé sur le poisson et les fruits de mer, ainsi qu’un accord vin 100% sicilien pour la modique somme de 90€ (60€ le menu 5 services, 30€ l’accord vin), et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il mérite amplement son étoile !

La qualité des ingrédients, la créativité, la présentation: au niveau culinaire, tout était présent, particulièrement dans le plat principal, un filet d’amberjack (sériole) en croûte d’olives et de lard accompagné d’un coulis de poivrons, tout simplement subliment. Au niveau vin, l’accord porte ses fruits, et chaque verre, représentant un cépage différent de l’île, accompagne à merveille chaque plat et se laisse boire avec délectation (mention spéciale pour le grillo, l’insolia et le zibibo, mes plus belles découvertes du séjour).

Le cadre est vraiment sympa, il y a même une télévision qui retransmet en direct ce qu’il se passe en cuisine pour que chacun puisse voir l’assemblage des plats avant qu’ils n’arrivent, excellente idée 🙂 Et enfin, le service, parfaitement décontracté, professionnel et aux petits soins, est tout simplement irréprochable.

Bref, vous l’aurez compris, on a a-d-o-r-é ce restaurant, qui nous a prouvé qu’on pouvait tout à fait envoyer un menu 100% poisson avec brillo. Incontournable !

 

 

 

En résumé, nous avons apprécié pas mal d’aspect de la ville, notamment la beauté des monuments, l’accueil des siciliens, la cuisine et les marchés, par contre, c’est vraiment trop agité, un peu à la manière de Marrakesh; certains sont complètement fans, pour notre part, pas spécialement.

 

Voilà qui conclut le récit de nos premiers pas en Sicile, rendez-vous dans les îles éoliennes pour la suite !

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here